La géologie

Durant cette matinée et cela jusqu’à l’alpage d’Emaney, nous rencontrerons les mêmes roches que lors de la première journée du Tour mais nous les observerons en sens inverse. En effet, nous aurons d’abord les roches sédimentaires de la nappe de Morcles, puis la couverture triasique autochtone avec des grès et des argilites et ensuite les roches métamorphiques et magmatiques du massif des Aiguilles Rouges, c’est-à-dire le socle.

A la hauteur du barrage de Salanfe et à son ancrage, vous observerez les roches du socle qui sont à cet endroit des orthogneiss avec des lentilles gneissiques à feldspaths alcalins et à biotite. Plus loin à la hauteur du lac des Ottans et à gauche du chemin, vous retrouverez la dalle de grès du Trias avec pratiquement la même orientation et la même inclinaison que celle du site avec les traces de dinosaures.

La seule différence, c’est qu’ici il n’a pas encore été découvert de traces de dinosaures. Et maintenant tournez vous vers le col du Jorat et vous apercevrez dans le paysage cette ligne que constitue la dalle de grès. Plus tard, au col d’Emaney, vous vous tournerez vers le sud-ouest en direction du col de Barberine et ensuite à la tête aux Gouilles au-dessus du Vieux Emosson pour finir au col des Corbeaux au-dessus du site à empreintes. Vous verrez ressortir à chaque fois cette dalle de grès avec une inclinaison d’environ 70 °C, une ancienne plage de sable sur laquelle marchaient des dinosaures.

Au col d’Emaney, en direction du Luisin (2785 m), ce sont les orthogneiss et vers l’ouest en direction de la Tour Sallière par l’Epaule, ce sont les roches jurassiques et crétacées de la nappe de Morcles avec des plis. Entre le socle et la nappe de Morcles, c’est la couverture triasique autochtone.

La flore Le barrage de Salanfe Salanfe à Emosson