La géologie

Cette vue nous montre quelques particularités de la région :

  • le massif du Mont Blanc avec des sommets pyramidaux et des sommets plus émoussés;
  • le massif des Aiguilles Rouges sans sommets pyramidaux;
  • entre les deux massifs, une vallée étroite, la vallée de Chamonix;
  • au premier plan, à gauche, la zone Carraye, col de Balme et Aiguillette des Posettes, des montagnes vallonnées.

Ces différences reflètent la nature des roches qui constituent ces différentes zones. Dans le massif du Mont-Blanc, il y a des granites, une roche qui résiste bien à l’érosion et qui forme les sommets pyramidaux. Ces granites ont 300 millions d’années.

Le granite

Le granite est une roche très dure composée de 3 sortes d’éléments:

  • le mica (noir et brillant);
  • le feldspath (gris, sections rectangulaires de plusieurs centimètres);
  • le quartz (blanc).

Le granite est une roche plutonique ou ignée. Il s’est constitué à partir de magma enfoui profondément dans la croûte terrestre. Ce magma, un liquide visqueux et très chaud (plus de 600 degrés) a remonté à travers les fissures de l’écorce terrestre. Stoppé à quelques kilomètres sous la surface, il s’est refroidi très lentement, ce qui a favorisé la formation de grands cristaux.

Dans la région du Mont Blanc, on distingue plusieurs sortes de granites, nous citerons les deux principales :

  • le granite du Mont Blanc avec une structure grenue et grossière. Il se particularise par la présence d’enclaves foncées appelées “crapauds”;
  • le granite de Vallorcine avec une structure un peu plus fine et sans “crapauds”. Ce granite constitue une bande allongée sur le flanc oriental du massif des Aiguilles Rouges. Le granite de Vallorcine affleure dans les parkings du col de la Gueulaz.

Les sommets plus émoussés sont en roches métamorphiques comme d’ailleurs aussi le secteur du massif des Aiguilles Rouges que l’on observe depuis ce point. Ces roches métamorphiques ont environ 500 à 400 millions d’années et sont un peu moins résistantes à l’érosion que les granites.

Les roches métamorphiques

Les roches métamorphiques résultent de la transformation de roches préexistantes sous l’action de la chaleur et de la pression sans qu’il y ait de fusion. C’est donc une transformation à l’état solide. Au cours de l’histoire de la Terre, la majorité des roches changent de milieu. Ainsi lors de l’édification d’une nouvelle chaîne de montagnes, des roches sont enfouies à des profondeurs de l’ordre de quelques dizaines de kilomètres. Les conditions environnementales de température de pression étant nouvelles, les minéraux de la roche initiale perdent leur stabilité et se recristallisent en de nouveaux minéraux. Certains minéraux disparaissent. Il y a aussi, bien souvent, un réarrangement des cristaux. On observe alors la présence de feuillets, comme par exemple dans les schistes ou de bandes comme dans les gneiss. Dans la région, on trouve entre autres des orthogneiss (granites métamorphisés), des paragneiss (schistes argileux métamorphisés), des micaschistes (argiles métamorphisées) et des amphibolites (basaltes métamorphisés).

La vallée de Chamonix, la zone Carraye, col de Balme et Aiguillette des Posettes sont en roches sédimentaires.

A l’Aiguillette des Posettes, ce sont des roches sédimentaires carbonifères dont l’âge est d’environ 300 millions d’années et qui sont beaucoup moins résistantes à l’érosion que les granites et les roches métamorphiques. Il y a d’anciennes ardoisières.

La vallée de Chamonix et la zone Carraye col de Balme sont elles aussi en roches sédimentaires mais plus jeunes. L’âge varie de 230 à 120 millions d’années. C’est une zone très écrasée car ces roches sédimentaires se sont déposées dans un bassin large de plusieurs dizaines de kilomètres qui séparait les massifs du Mont Blanc et des Aiguilles Rouges. Par suite du rapprochement du massif du Mont Blanc vers celui des Aiguilles Rouges, le bassin a été fortement comprimé. La majorité des roches qui s’y étaient déposées ont été déplacées. On les rencontrera le long de notre itinéraire. Celles qui sont restées se retrouvent en particulier au col de Balme. Dans la vallée de Chamonix, elles sont cachées par les alluvions de l’Arve.

Les roches sédimentaires

Ce sont des roches qui se forment à la surface de la Terre sur le sol ou au fond de l’eau (mers, océans, lacs).

Les roches sédimentaires ont une origine unique ou multiple. Les trois origines principales sont :

  • une origine détritique: destruction de roches préexistantes;
  • une origine organique: accumulation d’organismes (coquillages, poissons, etc.), constructions de récifs coralliens ou algaires;
  • une origine chimique: précipitation d’éléments en solution.

Les sédiments se déposent en couches successives dont la composition, la taille des particules, la couleur, etc., varient dans le temps selon la nature des sédiments apportés. C’est ce qui fait que les dépôts sédimentaires sont dans la majorité des cas stratifiés.

Les contraintes qui surviennent par exemple lors de la formation d’une montagne plissent et cassent les strates des roches sédimentaires.

Une grande partie du tour se déroule sur des roches sédimentaires.

L’histoire géologique de la région que je vous retracerai lorsque nous serons sur le site à traces de dinosaures permet de comprendre les relations entre des roches d’âges et de natures différents.
Le long de notre parcours, nous observerons ces roches. Depuis l’endroit où nous nous trouvons jusqu’à la Cabane du Vieux-Emosson, nous marcherons sur des roches métamorphiques.

La flore Les barrages Emosson à Grenairon