La géologie

Cette vue nous montre quelques particularités de la région :

  • le massif du Mont Blanc avec des aiguilles et des arêtes acérées,
  • le massif des Aiguilles Rouges,
  • entre les deux massifs, une vallée étroite, la vallée de Chamonix;
  • au premier plan, à gauche, la zone Carraye, col de Balme et Aiguillette des Posettes, des montagnes vallonnées.

Ces différences reflètent la nature des roches qui constituent ces différentes zones. Par exemple une caractéristique du massif du Mont-Blanc, ce sont les aiguilles et les arêtes acérées en granite.

Le massif du Mont-Blanc

Le "granite du Mont-Blanc" constitue le corps principal du massif. Il se caractérise par la présence d’enclaves sombres. Certaines, en général anguleuses, sont des morceaux de roches encaissantes. Les autres, appelées "crapauds" (terme de carrier car il s’agit de défauts dans la roche), représentent des "gouttes" de magma basique qui ne s’est pas mélangé au magma acide du granite. Dans la partie centrale du pluton granitique, de grands cristaux rectangulaires de feldspaths potassiques, atteignant parfois plusieurs centimètres, confèrent à la roche un aspect porphyrique. C’est à ce type de granite qu’est réservée la dénomination "protogine", terme qui signifie en grec "engendré le premier" et qui a été proposé par le géologue genevois L. Jurine en 1806. On lui attribue un âge variant entre 315 et 302 millions d’années (304 millions d’années ± 3 avec la méthode Ur/Pb/Zr). Le granite du Montenvers, plus vieux que celui du Mont-Blanc (environ 453 millions d’années), s’observe des Frêtes de Charmoz jusqu’aux Grandes Autannes en passant par le Montenvers. Il est écrasé et très fracturé et de ce fait au 18ème siècle, H.-B. de Saussure fit l’erreur d’interpréter les plans de cassure comme des plans de stratification verticaux.

Les roches métamorphiques (micaschistes, gneiss, amphibolites, marbres, quartzites) aux reliefs moins vigoureux jouxtent le corps granitique principal au sud-ouest, à l'ouest et au nord-ouest. Leur âge est d’environ 500-400 millions d’années.

Sur sa bordure orientale, affleurent des rhyolites, des roches magmatiques volcaniques qui ont la même composition chimique que le granite.

Le sommet du Mont-Blanc lui-même n'est pas en granite mais en roches métamorphiques. Le contact entre ces roches et le granite se trouve immédiatement vers l'est.

Le granite est une roche plutonique acide grenue composée principalement de 3 sortes d’éléments:

  • le mica (biotite ou muscovite),

  • le feldspath (potassique ou calco-sodique);

  • le quartz.

Il se forme par refroidissement et cristallisation en profondeur d’un magma, le plus souvent dans un contexte de collision lors de la formation d’une chaîne de montagnes.

Le massif des Aiguilles Rouges

Dans le massif des Aiguilles Rouges, profondément entaillé par la vallée du Rhône dont il forme les deux versants entre Saint-Maurice et Martigny, les roches métamorphiques dominent. Les granites constituent un affleurement étroit sur le versant oriental (le granite de Vallorcine avec un âge entre 333 et 286 millions d’années) et deux petits affleurements à l’extrémité sud-occidentale (le granite de Pormenaz  dont l’âge est compris entre 332 et 290 millions d’années et le granite des Montées Pélissier âgé de 331 millions d’années).

Le granite de Vallorcine affleure dans les parkings du col de la Gueulaz. Du barrage d’Emosson au barrage du Vieux-Emosson, vous marcherez sur les roches métamorphiques du massif des Aiguilles Rouges

Une roche métamorphique est une roche qui a eu plusieurs histoires.

Au fil des millions d’années, la majorité des roches changent de milieu. Ainsi lors de l’édification d’une chaîne de montagnes, des roches sont enfouies à des profondeurs de l’ordre de quelques dizaines de kilomètres d’épaisseur. Les conditions environnementales de température et de pression étant nouvelles, elles se transforment sur le plan de leur texture et de leur minéralogie. Les équilibres chimiques originels disparaissent et il y a une nouvelle distribution des éléments. On obtient alors des roches métamorphiques, des roches à l’aspect massif ou feuilleté.

Le métamorphisme concerne tous les types de roches :

- les roches magmatiques (un basalte se transforme en amphibolite et un granite en orthogneiss œillé).

- les roches sédimentaires (un calcaire devient un marbre, une argile une ardoise ou un micaschiste, un grès une quartzite).

- les roches déjà métamorphiques (un schiste argileux se métamorphose en paragneiss).

Le métamorphisme général concerne de vastes zones (chaîne de montagnes par exemple). Le métamorphisme de contact qui se produit près d’un corps magmatique a une extension plus limitée. Quand la température et la pression atteignent des valeurs qui liquéfient les roches, on passe dans le domaine du magmatisme. Si ces deux paramètres restent peu élevés, on demeure dans le chapitre des roches sédimentaires.

Un peu avant et au niveau du barrage du Vieux-Emosson, vous pourrez observer des orthogneiss oeillés (granites métamorphisés).

L’Aiguillette des Posettes, la vallée de Chamonix, Catogne, Carraye et col de Balme, des roches sédimentaires.

L’Aiguillette des Posettes se trouve dans un bassin d’effondrement du massif des Aiguilles Rouges, le bassin de Salvan-Dorénaz. Il a été comblé au Paléozoïque supérieur (Carbonifère, environ 300 millions d’années) par des sédiments détritiques (schistes, ardoises, charbon, grès, conglomérats dont le célèbre poudingue de Vallorcine).

Au pied méridional de l’Aiguillette des Posettes, au sud-ouest du col de Balme, les déblais d’anciennes ardoisières livrent des empreintes de végétaux fossiles, les plus vieux fossiles de la région. L'espèce la plus fréquente est Neuropteris ovata Hoffmann, une ptéridospermaphyte qui présente le même type de feuille que les fougères. Il y a également des lycophytes, des arthrophytes, des filicophytes (Pecopteris) et des cordaïtophytes.

La vallée de Chamonix, Carraye, Catogne et le col de Balme sont aussi en roches sédimentaires mais plus jeunes. L’âge varie de 230 à 120 millions d’années. C’est une zone très écrasée car ces roches sédimentaires se sont déposées dans un bassin large de plusieurs dizaines de kilomètres qui séparait les massifs du Mont-Blanc et des Aiguilles Rouges. Par suite du rapprochement du massif du Mont-Blanc vers celui des Aiguilles Rouges, le bassin a été fortement comprimé. La majorité des roches qui s’y étaient déposées ont été déplacées et se retrouvent maintenant à l’ouest des Aiguilles Rouges (Finive, Grenairon, Cheval Blanc). Dans la vallée de Chamonix, ces roches sont cachées par les alluvions de l’Arve.

Les roches sédimentaires

A la surface de la Terre, sur le sol ou au fond de l’eau (mers, océans, lacs), se déposent des sédiments. Par la suite, ils se compactent en évacuant l'eau, se durcissent et ainsi se transforment en roche meuble ou compacte. Le plus souvent, ces roches sont stratifiée (les couches de sédiment sont visibles) et contiennent des fossiles.

La genèse de cette catégorie de roches résulte de trois origines principales :

- une origine détritique : destruction de roches préexistantes, qu’elles soient sédimentaires, magmatiques ou métamorphiques, et accumulation de leurs résidus (conglomérats, brèches, sables, grès, graviers, certaines argiles).

- une origine organique : accumulation d’organismes (charbon), construction de récifs coralliens ou algaires (certains calcaires).

- une origine chimique : précipitation d’éléments en solution.

Si certaines roches peuvent avoir une origine unique, la plupart du temps elles ont une genèse complexe. On distingue, d’après leur composition chimique, plusieurs groupes : les roches siliceuses (silex, radiolarite, diatomite), les roches carbonatées, les roches argileuses, les roches salines ou évaporitiques (gypse,  halite), les roches phosphatées, les roches ferrifères et les roches carbonées.

 

 

La flore Les barrages Emosson à Grenairon